Assurance auto : ce qu’il faut savoir sur les risques aggravés

Avant de souscrire un contrat d’assurance auto, vous aurez à communiquer différentes informations à votre assureur. Celui-ci se basera sur ces informations pour définir votre profil de conducteur et pour vous proposer l’assurance adaptée. Si vous avez eu trop de sinistres, si votre permis a été retiré ou si vous n’avez pas payé vos primes, vous serez classés dans la catégorie « risque aggravé ». Le point sur le profil à risque aggravé.

Les assureurs définissent le profil des automobilistes

Les assureurs peuvent refuser de vous proposer un contrat d’assurance auto s’ils estiment que vous êtes un profil à risque aggravé. Pour avoir le plus grand nombre possible de « bons conducteurs » qui présentent un risque faible, les compagnies d’assurance filtrent les profils. Lorsque vous faites une demande de devis, l’assureur fera un calcul de risques basé sur vos antécédents et sur votre profil de conducteur actuel. Ce calcul peut aboutir à un refus d’assurance si le risque s’avère trop élevé.

Différents critères sont utilisés par les assureurs pour mesurer le risque représenté par l’automobiliste, comme son âge, sa situation familiale et son permis de conduire. Certains critères concernent le véhicule motorisé, c’est-à-dire le modèle, l’utilisation et l’âge du véhicule. C’est ce qu’on appelle le relevé d’information. Vous serez considérés comme un profil à risque aggravé lorsque le risque que les événements garantis se produisent est statistiquement inférieur à celui d’une population de référence.

Qu’est-ce que la classification risque aggravé ?

Un automobiliste peut être classé dans la catégorie risque aggravé pour plusieurs raisons :

  • Le non-paiement des cotisations d’assurance automobile
  • La conduite en état d’ébriété
  • La conduite sous l’emprise de stupéfiants
  • Le dédit de fuite
  • L’excès de vitesse
  • Le malus trop important
  • Les sinistres trop fréquents
  • La fausse déclaration lors de la souscription
  • La fausse déclaration lors d’un sinistre

Si l’assureur constate une aggravation des risques pendant l’exécution du contrat d’assurance auto, il peut décider de procéder à sa résiliation à tout moment. Or, d’après la loi Hamon, l’assureur aura à justifier sa décision et procéder au remboursement des primes trop perçues. Il doit également en avertir l’assuré 2 mois avant l’échéance par lettre recommandée.

Que faire si votre assurance auto est résiliée par votre assureur ?

S’il estime que vous faites partie de la catégorie risque aggravé, votre assureur vous enverra une lettre recommandée pour vous informer de la résiliation de votre contrat d’assurance auto. Vous devez réagir le plus tôt possible pour trouver un autre assureur. Une démarche qui peut s’avérer très compliquée, car si votre assureur refuse de vous assurer, les autres ne vont pas être enclins à vous proposer un nouveau contrat.

Vous pourrez contacter les assureurs spécialisés qui ont adapté leurs garanties et leurs tarifs à différents cas de figure. Toutefois, il faut savoir que ces derniers peuvent refuser de vous assurer, si vous êtes un conducteur âgé et si vous avez des antécédents d’alcoolémie. Si tel est le cas et que les assureurs refusent toujours de vous assurer, rapprochez-vous du Bureau Central de Tarification (BCT). Vous pourrez alors être couverts en responsabilité civile (assurance au tiers) qui est la seule garantie proposée par le BCT.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*